•   L'hameçon se baladait depuis quelques mois dans les rayonnages de nos librairies, je n'ai pas tardé à y mordre : contre 49 euros, le premier des trois volumes du "Vêtement féminin : modélisme, coupe à plat" de Dominique Pellen, consacré à la construction des bases (jupes/corsages/manches/cols), est venu s'intégrer à ma bibliothèque. Fort d'une formation à la Chambre syndicale de la couture et de 30 années d'expérience dans l'miyeu, son auteur a passé ces dernières années à mettre à plat une méthode de modélisme en français, complète et détaillée (plus de 500 pages et presque 2kg pour ce premier tome !).

      J'ai donc décidé de me faire un avis sur cette nouvelle venue alléchante en construisant un corsage de base pour Frida, le mannequin à colonne de métal arrangé aux mensurations du 40 du barème naguère agencé pour faire les patrons téléchargeables sur ce blog. Soient des mensurations (TP=88, TT=72, TH=98, taille remontée de 2cm, hanches abaissées de 3cm, carrure dos=35, carrure devant=33) qui varient légèrement du 38 étudié dans le livre. L'encolure étant construite serré (34cm, garglh !), j'ai gardé les 12,5cm d'épaule de la méthode au lieu de mes 12cm habituels.

      La méthode est un peu différente de celle d'Esmod que j'ai utilisée jusque là. Les étapes sont beaucoup plus développées, et les explications claires rassureront ceux qui se sentent désarçonnés par le côté lapidaire de cette première méthode.

      Ici, la base corsage est conçue avec une petite aisance ajoutée et :
    - une pince poitrine
    - une pince taille devant
    - une pince taille dos
    - une pince milieu dos
    - une pince d'omoplate
    Notons que la construction d'une base avec une pince taille supplémentaire devant et dos est également expliquée.


    La grande aventure du corsage de base : méthode DP Studio

    La grande aventure du corsage de base : méthode DP Studio

      Là ça tire un peu sur les hanches qui sont un peu plus larges que celles du mannequin. L'emmanchure devant rentre un peu trop dans le gras, il reste un peu trop de tissu sur le côté de l'épaule dos et sans surprise, l'encolure est assez serrée. Pas de problème sur le reste.

      Quelques modifications (en rose) ont donc été apportées :

    La grande aventure du corsage de base : méthode DP Studio

    L'encolure a été élargie de 0,5cm, la longueur d'épaule ramenée à 12cm, la pente d'épaule augmentée (0,5cm retirés), et 0,5cm ont été redonnés sur chaque côté de la taille pour être absorbés dans les pinces de taille.

    La grande aventure du corsage de base : méthode DP Studio

    Le corsage après retouche de la moitié droite.

      Voilà pour aujourd'hui. Je testerai avec plaisir une transformation de cette base dès que j'aurais une idée à réaliser.


    15 commentaires
  • Il semblerait que j'aie sous-estimé le défi technique de la pose du col de la chemise His'n'Hers. Voici donc quelques façons de monter un col plat :

      1/ La plus simple : en piquant seulement la partie repliée sur elle-même des devant sans prendre le col, puis en assemblant le col : http://www.coupecouture.fr/2007/03/col_simple_ou_col_plat.html#more

      2/ Celle expliquée dans le patron et que je préfère, en images :

    Col plat (ou col cavalier)

    Couture du dessous de col
    Couture de la parementure puis retournement sur l'envers et repassage.

    Col plat (ou col cavalier)

    Rentrer la valeur de couture du dessus de col et cranter tous les surplus pour pouvoir les passer dans le col.
    Puis piquer le dessus de col.

    Col plat (ou col cavalier)

    Col fini

    Col plat (ou col cavalier)

    Détail de l'intérieur : la zone de crantage est en pointillés .

     3/ En ajoutant une bande de parementure pour le dos, a assembler à la parementure devant au niveau des épaules. Cela permet d'assembler ensuite le col en une seule fois en le prenant en sandwich entre la chemise et la parementure. Tous les surplus sont alors cachés sous la parementure et non dans le col.

      4/ En ajoutant un biais replié en guise de parementure dos, comme pour l'assemblage d'un col rond. Pas besoin d'assemblage préalable au devant, et tout s'assemble en une couture : http://www.coupecouture.fr/2007/03/col_rond_ou_col_claudine_1.html#more


    votre commentaire
  •   Voici une version du célèbre tuto de la cuillère en bois, celui sensé vous apprendre à faire proprement un haut avec doublure ou parementure complète (encolure + emmanchures). Pour ma part, je crois bien que je n'avais jamais fait de haut doublé, ou alors à l'insu de mon plein gré en bidouillant. Et c'est seulement cette année que j'ai visuellement compris le truc, avant ça mes circuits neuronaux ne savaient produire qu'un "gnééééé ?" fatal en cours de route.
    Voici donc aujourd'hui the ultimate tuto from Beyrouth, aka la ville ou les écureuils ont dévasté toutes les cuillères en bois.
    Voici... la revanche du casse-noisette.

    Casse-noisette et parementures

    1- Cousez les parementures (ou la doublure) à leur place en faisant un point d'arrêt environ 4cm avant l'épaule. (là j'ai recoupé coupé les marges jusqu'au point d'arrêt pour pouvoir repasser proprement ce qui est déjà cousu mais vous pouvez le faire seulement à la fin)
    2- Retournez la bretelle la plus large (ici celle du dos) sur l'endroit.

    Casse-noisette et parementures

    3- Glissez la bretelle la plus fine dans celle qui a été retournée en faisant attention à ne pas la vriller (ne pas mettre l'emmanchure contre l'encolure)
    4- Épinglez les épaules endroit contre endroit : les deux couches de tissu externe dos et devant doivent se retrouver ensemble, et les deux couches de doublure également.

    Casse-noisette et parementures

    5- C'est là qu'apparaît l'avantage adaptatif du casse-noisette métallique : non seulement les fourmis ne l'attaquent pas, mais il vous permettra d'isoler vos 2 couches d'épaules en même temps ! Sa surface plate vous garantira une ouverture de la couture au fer jamais égalée. Et non, ça ne brûle pas les doigts.

    Casse-noisette et parementures

    6- Une fois les 2 coutures d'épaule ouvertes, il va falloir terminer la couture des emmanchures et de l'encolure. Pour cela, retournez encore un peu plus la bretelle sur elle même jusqu'à faire réapparaître quelques cm de la zone déjà cousue.
    7- Piquez dans la continuité des coutures arrêtées à l'étape 1-. Rognez les marges de couture.

    Casse-noisette et parementures

    8- Tirez sur la bretelle pour remettre la parementure/doublure envers contre envers avec le tissu extérieur. Repassez, et voilà une épaule irréprochable !


    2 commentaires
  •   J'aime bien m'aider d'une figurine pour dessiner les habits que j'ai envie de me faire, n'ayant jamais eu le talent ni vu l'intérêt de dessiner des silhouettes stylisées pour des vêtements que moi, j'allais porter (et pas une créature déhanchée dont les guibolles dépassent allègrement la longueur du buste).

      Il y a quelques années, j'avais donc essayé de me figurer mes proportions et de les fixer sur une figurine, qui a posteriori, a plutôt bien rempli sa fonction. Mais elle n'était pas assez précise, et lorsque Kevin m'a larguée cet été en voulant m'apprendre quelques tours d'illustrator, je suis restée sur le bord de la route avec sa petite figurine et une ampoule au dessus du crâne : j'allais me la dessiner à la main. D'abord seule face à un miroir, puis avec un pied à coulisse pour confirmer, j'ai reporté toutes les mensurations "de face" sur du papier à petits carreaux, et voici ce que j'ai obtenu :

    Silhouette de base

      Depuis, je teste toutes mes idées de patronnage dessus, et aussi les patrons des autres qui me font de l'œil : si je ne les achète pas forcément, cela me permet de me les approprier un peu.

    Silhouette de base
    Robe Summertime
    Robe Brigitte de RDC
    Jupe Anémone de Deer & Doe mélangée à une idée pompée sur la 4212 de chez Lekala

      Pour illustrer la différence avec les tailles standard d'Esmod, j'ai fait un gabarit dans leur taille 38 :

    Figurine de base

      De quoi déduire visuellement que je tourne plus autour de leur 40, avec des hanches plus épaisses !

      Et vous, vous préférez les pommes crues ou les pommes cuites ?


    3 commentaires
  •   Prend l'outil dans une main et ton courage, ton courageuh dans l'autre, disait la chanson. Voici donc les corrections apportées au patron de la base de corsage :
      - longueur épaule : +0,8cm
      - pince épaule dos : +0,4cm
      - hauteur bas d'emmanchure : +0,5cm (vers le haut)
      - 1/2 carrure devant : +0,5cm
      - longueur taille-encolure devant : +0,5cm
      - 1/2 encolure : -1cm
      - jonction des épaules milieu : décalée de 0,2cm vers l'avant
      - jonction des épaules côté : décalée de 0,7cm vers l'avant
      - tout cela aboutit à un embu de 2,1cm (après aplatissement de la tête de manche de qq mm) et un point d'accord décalé de 0,8cm sur le devant.

    Sur la route encore... Base de corsage, troisième, moteur !
    Nouvelle base avec tracé du déplacement de la ligne d'épaule

    Sur la route encore... Base de corsage, troisième, moteur !
    Base précédente superposée à la nouvelle
    (à gauche, la paire qui me prouve tous les jours qu'on peut sans problème utiliser les mêmes ciseaux pour le papier et pour le tissu. Vive la Finlande!)

    **********

       EDIT 02/05/14 : Et voici la toile de cette deuxième tentative d'élargissement corsage, d'abord sans les manches (marges d'1cm sur les emmanchures) :

    Sur la route encore... Base de corsage, troisième, moteur !

    Sur la route encore... Base de corsage, troisième, moteur !

    ...Puis en entier :

    Sur la route encore... Base de corsage, troisième, moteur !

    Sur la route encore... Base de corsage, troisième, moteur !
    L'emmanchure n'est finalement pas trop haute (je ne suis pas sciée), et son tracé est harmonieux

    Sur la route encore... Base de corsage, troisième, moteur !

      Une chose à laquelle je n'avais pas pensé d'abord en abaissant l'emmanchure de 2cm au lieu de 2,5cm pendant l'élargissement, est que cela allait se ressentir sur la largeur de ma manche lors de sa construction, car le tour d'emmanchure dont elle dépend a diminué ! Finalement, en comparant mes deux manches, leur largeur au niveau de la carrure devant est quasi-identique, mais l'aisance pour le bras en lui-même n'est plus que de 2,5cm au lieu de 4cm auparavant. L'amplitude de mes mouvements est limitée aux postures ci-dessus, mais cette fois je trouve que la tension est mieux répartie.

      J'en reste donc sur cette base concluante !


    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique